Jeannick Le Lagadec Conseillère départementale du Val-de-Marne • Maire adjointe de Champigny-sur-Marne
  • Revue de la semaine #9
    Revue de la semaine #9

    Dans ce 9e épisode, Jean-Luc Mélenchon revient sur sa chaîne Youtube, sur la sortie en librairie de «L'Avenir en commun», sur le programme de Fillon et sur la disparition des animaux pollinisateurs.

    Lire la suite
  • Les Rencontres de l'agriculture sont lancées !
    Les Rencontres de l'agriculture sont lancées !

    Le 30 juin dernier, j'ai ouvert les Rencontres de l'agriculture du Val-de-Marne. L'objectif est de fédérer les acteurs de l'agriculture en Val-de-Marne, investir le domaine de l'agriculture urbaine, et porter une vision commune de l'agriculture dans le département. Voir Cartographie de l'agriculture urbaine

    Lire la suite
  • Le Val-de-Marne aux cotés des salariés de l’AP-HP
    Le Val-de-Marne aux cotés des salariés de l’AP-HP

    Avec plus de 50 établissements hospitaliers dont 6 de l’AP-HP, le Val-de-Marne se positionne résolument comme un territoire de santé.

    Lire la suite
 

Le Département agit en faveur de l’agriculture biologique et responsable dans le Val-de-Marne

Le Département agit en faveur de l’agriculture biologique et responsable dans le Val-de-Marne

Trois mesures qui ont été décidées par la majorité et que je porte déclinent notre engagement en faveur de l’agriculture biologique. Avec près de 1000 hectares, soit 4,6% de sa superficie, consacrés à des espaces agricoles, le Val-de-Marne est le département de la petite couronne où l’agriculture reste la plus présente.

I - L’octroi d’une aide à l’équipement pour les maraîchers et les horticulteurs

L’ADHOM (aide départementale à l’horticulture et au maraîchage) est une aide financière ancienne du Département destinée aux horticulteurs et eux maraîchers du Val-de-Marne qui pratiquent une agriculture biologique ou responsable.

N’y sont éligibles que les exploitants ayant déjà reçu l’aide de la région Ile-de-France nommée PRIMVAIR, exerçant leur activité dans le Val-de-Marne, et qui s’engagent dans une démarche environnementale.

L’aide financière est plafonnée par entreprise à 31 000 € par an dans la limite de 77 000 € sur 5 ans. Elle permet aux exploitants d’acheter du matériel agricole, des serres par exemple, à hauteur de 40% des investissements matériels éligibles des entreprises, porté à 50% pour les jeunes agriculteurs.

Pour toutes les informations sur le dispositif ADHOM : voir http://www.valdemarne.fr/a-votre-service/professionnels/aide-a-lhorticulture-et-au-maraichage

Début septembre, j’ai décidé l’octroi de cette aide à deux exploitants du département, qui e avaient fait la demande. Il s’agit d’un horticulteur installé à Mandres-les-Roses en 2012, ayant spécialisé dans les roses de variétés odorantes et d’un maraîcher de Périgny-sur-Yerres qui produit une gamme très diversifiée de légumes de serre et de plein champ, ainsi que des fraises en jardin suspendu.

II - Le soutien à la SCIC Coop Bio

Le 19 octobre, le Conseil départemental a voté en faveur de sa participation au sociétariat de la Société coopérative d’intérêt collectif Coop bio Ile-de-France, dans le cadre de sa politique de soutien en faveur d’une agriculture respectueuse de l’environnement et de l’accès du plus grand nombre à une alimentation de qualité

La SCIC Coop Bio est une société coopérative d’intérêt collectif créée par le Groupement des agriculteurs bio d’Ile-de-France GAB Bio Ile-de-France le 12 septembre 2014. Elle regroupe 36 sociétaires dont 28 producteurs. La SCIC n’est pas une entreprise comme les autres, c’est une coopérative qui sert l’intérêt général. C’est pourquoi son statut ouvre au sociétariat des SCIC plusieurs collèges : les producteurs, les usagers ou les clients, et les collectivités territoriales. Ces dernières peuvent représenter collectivement jusqu’à 50% des sociétaires (10% dans cette SCIC). Le département de l’Essonne, La Caisse des Ecoles du 14è arrondissement de Paris sont déjà sociétaires.

La SCIC Coop Bio travaillera à la transformation des produits agricoles bio afin qu’ils soient vendus notamment à la restauration collective. J’ai donc repris ce dossier en mars 2015 et décidé avec Pierre Bell-Loch (conseiller départemental à l’économie sociale et solidaire) que le Département du Val-de-Marne devait conclure une convention d’un an avec la Société d’intérêt coopérative Coop Bio, afin de lui octroyer une subvention de 25 000 euros et de participer au sociétariat de la SCIC à hauteur de 10 parts de 50 euros (soit 500 euros).

Ces 25 000 euros (20 000 d’abord et 5 000 après évaluation) permettront de financer l’étude de faisabilité, afin de connaître au mieux les besoins et les contraintes techniques à la réalisation de ce projet. Nous favoriserons ainsi l’économie sociale et solidaire, l’agriculture biologique et l’emploi local (puisque le centre de transformation des produits maraîchers devrait se situer sur le plateau briard).

La participation au sociétariat permettra au Département du Val-de-Marne d’avoir une voix dans la gouvernance de la SCIC. J’ai par ailleurs été élue représentante du Conseil départemental au sociétariat de la SCIC. Le minimum requis, de 10 parts de 50 euros (soit 500 euros), est celui que nous choisissons : cela ne grève pas les finances locales, et nous permettra de faire valoir nos attentes en matière de restauration collective dans les cantines des collèges et du département.

III - Le projet de la Plaine des Bordes

Depuis 2012, le Département s’implique pour le développement de l’agriculture biologique et responsable sur son territoire.

Ainsi, l’implantation d’une activité de maraîchage biologique sur la plaine des Bordes a vu le jour à Chennevières-sur-Marne. Le projet sélectionné est celui de Val Bio Ile-de-France. Il vise à créer une activité d’insertion par l’activité économique tout en étant une exploitation de maraîchage biologique.

Sur une surface de 8 hectares, Val Bio vendra ses paniers de légumes et accueillera un public diverse (adultes, familles, scolaire) pour organiser des activités autour du jardinage et l’alimentation.

La plaine des Bordes accueille également les activités d’associations réunies dans le collectif « Les Robins des Bordes » (asinerie, ruche, poney club, jardins collectifs de Relocalisons) et du Jardin des Bordes (jardins familiaux, présents depuis plusieurs années).

Les associations ont dores et déjà signé une charte et s’engagent aujourd’hui vers l’organisation d’animations régulières. Il est dorénavant de la responsabilité de la puissance publique d’aménager le site et la voirie, afin de que les associations puissent accueillir le public en toute sécurité.

Pour aider Les Robins des Bordes à se structurer, le Département finance le poste à mi-temps de la chargée de mission de l’association. Avec l’administration, nous avons décidé de poursuivre et d’amplifier cette aide, de telle sorte que le projet de la plaine des Bordes aboutisse. Ainsi, dès 2014, le Département a acté une aide à l’investissement pour Val Bio à hauteur de 1 300 000 € sur plusieurs années représentant 51% du budget du projet.

Le soutien du Département continuera : notre ambition d’implanter une activité d’insertion et de maraîchage biologique sur la plaine des Bordes reste entière, malgré les difficultés financières de notre collectivité.

Les vidéos

Réunion publique  29 novembre, Théâtre Fémina, Bordeaux

Trouvé sur le net

 

Malade, assuré... Comment votre budget santé changerait si François Fillon était élu président