Jeannick Le Lagadec Conseillère départementale du Val-de-Marne • Maire adjointe de Champigny-sur-Marne
  • Revue de la semaine #9
    Revue de la semaine #9

    Dans ce 9e épisode, Jean-Luc Mélenchon revient sur sa chaîne Youtube, sur la sortie en librairie de «L'Avenir en commun», sur le programme de Fillon et sur la disparition des animaux pollinisateurs.

    Lire la suite
  • Les Rencontres de l'agriculture sont lancées !
    Les Rencontres de l'agriculture sont lancées !

    Le 30 juin dernier, j'ai ouvert les Rencontres de l'agriculture du Val-de-Marne. L'objectif est de fédérer les acteurs de l'agriculture en Val-de-Marne, investir le domaine de l'agriculture urbaine, et porter une vision commune de l'agriculture dans le département. Voir Cartographie de l'agriculture urbaine

    Lire la suite
  • Le Val-de-Marne aux cotés des salariés de l’AP-HP
    Le Val-de-Marne aux cotés des salariés de l’AP-HP

    Avec plus de 50 établissements hospitaliers dont 6 de l’AP-HP, le Val-de-Marne se positionne résolument comme un territoire de santé.

    Lire la suite
 

La fusion de l’UPEC avec l’UPEM remise en cause

La fusion de l’UPEC avec l’UPEM remise en cause

Olivier Montagne est le nouveau président de l’Université Paris Est Créteil. Il a été élu face au président sortant Luc Hittinger, partisan de la fusion avec l’UPEM (voir ici et ).

Comme le Parti de Gauche (voir ici), je suis opposée aux regroupements d’universités, qu’ils soient des COMUE ou des fusions. Ce processus initié par la loi LRU de Valérie Pécresse et conforté par la loi Fioraso a conduit de nombreuses universités françaises à se regrouper ou à fusionner. L’objectif est de construire des pôles d’enseignement supérieur et de recherche capables de rivaliser avec leurs homologues européens et mondiaux dans les grands classements mondiaux des universités.

Mais le but est aussi de bâtir des universités poreuses aux flux financiers venant du privé, se laissant doucement privatisées par le financement des enseignements et de la recherche. Car c’est bien à une course effrénée de moyens financiers qu’a conduit la loi et son pendant, l’autonomie des universités. Cette autonomie se traduit principalement par une concurrence échevelée entre universités et une recherche vitale de capitaux….

Olivier Montagne, élu grâce à la réunion de deux listes minoritaires, souhaite remettre en cause la fusion envisagée par l’ancienne direction. Ainsi, il assure que la gouvernance de l’UPEC sera plus démocratique et que les unités de formation ne seront pas séparées des unités de recherche. Il veut privilégier un système fédéral, laissant une part d’autonomie plus grande aux établissements. Conseillère départementale en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, je le prendrai au mot.

J’étais réservée quant à la fusion. Dans une précédente note, j’en expliquais les raisons. L’élection d’Olivier Montagne tourne la page d’une fusion imposée d’en haut et ne rencontrant pas l’assentiment des étudiants, des enseignants et des personnels techniques. Je m’en réjouis. Tout comme le président Favier (voir ici), je le félicite et souhaite une excellente collaboration entre nos deux institutions pour les années à venir et ceci avec pour objectif prioritaire de la réussite des étudiants

 

Les vidéos

Réunion publique  29 novembre, Théâtre Fémina, Bordeaux

Trouvé sur le net

 

Malade, assuré... Comment votre budget santé changerait si François Fillon était élu président